Fabriquer soi-même son e-liquide pour e-cigarette n’est pas vraiment difficile. Il suffit de suivre les instructions données par le vendeur et de se référer à la notice. On croit que faire son e liquide n’est pas une mince affaire quand on débute la cigarette électronique. Pourtant, c’est bien plus simple que cela en a l’air. Alors, comment bien faire soi-même son liquide pour cigarette électronique ?

Fabriquer son liquide pour cigarette électronique en DIY

Le DIY ou Do It Yourself signifie “faire soi-même” et est très tendance actuellement. Pour faire son e-liquide, on doit choisir ses arômes et liquides avant tout. En mélangeant soi-même les divers arômes, on peut obtenir un liquide avec une saveur unique. Ce qui est bien avec cette méthode, c’est que l’on ne pourra pas trouver cette recette sur le marché. Elle est totalement personnalisée et il suffit de la mémoriser pour la reproduire. On peut penser dans un premier temps que c’est difficile, mais ce n’est pas du tout le cas. En effet, il faut juste les bases, des flacons doseurs pour conserver le liquide, les arômes, et des seringues graduées pour bien doser son mélange. D’abord, on dose la base, puis les arômes. Ensuite, on combine les différents ingrédients. Après, il faut verser le mélange dans un flacon. Enfin, on vérifie l’intensité des arômes pendant les 8 jours suivant l’élaboration du liquide. Certains arômes et liquide révèlent leur senteur progressivement. Il y a des molécules qui peuvent mettre du temps à se mélanger, en fonction de la nature du mélange. C’est la raison pour laquelle on effectue cette vérification. Pour plus d’infos concernant le DIY, cliquez ici.

Créer la base et doser les arômes

Pour avoir un bon DIY e liquide, le dosage de la base et des arômes est très important. Premièrement les arômes, leur base varie selon les ingrédients utilisés et l’expérience du vapoteur, si c’est un débutant ou non. Pour les néophytes, il est plus convenable de se procurer une base prédéfinie constituée de 50% de Propylène Glycol ou PG et de 50% de Glycérine Végétale ou VG. Quand on a des connaissances plus avancées en e-liquide, on peut opter pour un mélange 60/40 par exemple. Toutefois, même si on débute la cigarette électronique, on peut composer soi-même sa base en achetant individuellement le PG et la VG. Un mélange avec un taux de PG important favorise la saveur de l’arôme et les sensations dans la gorge, communément appelées “hit”. Il est plus fluide mais a une faible production de vapeur. D’un autre côté, un mélange avec un ratio VG supérieur est plus visqueux, avec plus de vapeur. Mais il diminue le hit ainsi que les saveurs du liquide. Deuxièmement, pour doser les arômes du liquide saveur pour sa e-cigarette, il faut utiliser une seringue graduée pour plus de précision. On doit déterminer au préalable la quantité d’arômes qu’on souhaite ajouter à la base. Il est mieux d’en mettre peu que trop, de cette manière, on peut rajouter des arômes ultérieurement. En revanche, on ne peut pas en retirer si on en a trop mis. Par exemple, on peut doser 0,5 ml d’arôme goût tabac pour 10 ml de liquide. Soit, 5% de l’arôme en question.

Les avantages du DIY

Il y a beaucoup d’avantages à faire son e-liquide soi-même. On peut concevoir son propre liquide gout tabac, ou son propre liquide “spécial”. On a la possibilité d’avoir des goûts uniques. On réalise une infinité de recettes de liquides pour cigarette électronique relativement aromatisés. Bref, on est donc libre de faire ce que l’on veut et quand on le veut, selon ses goûts. En associant différents arômes, il est possible de tester de nouvelles saveurs, inexistantes sur le marché. Ainsi, on ne se limite pas par les saveurs que les différents magasins et boutiques d’e-liquides proposent. Si l’amateur de vape a une certaine notion de créativité, il ne peut qu’adorer faire ses propres liquides. Il y trouvera un certain plaisir, celle de la création. S’il achète tout simplement un liquide pour cigarette électronique prêt à l’emploi chez un vendeur, il n’est qu’un simple consommateur. Néanmoins, le DIY lui permet de créer de A à Z son produit, laissant donc libre cours à son imagination. Aussi, il est plus économique de réaliser son propre e-liquide que d’acheter un e-liquide prêt à l’emploi.